métiers du webAu cours de mes pérégrinations de traducteur globe-trotteur (cf. article précédent), j’ai eu l’occasion de croiser sur ma route bon nombre de nomades œuvrant dans les métiers du web, des professions passionnantes et ô combien complémentaires de mes services de traducteur.

Webmaster, webdesigner, intégrateur, chef de projet Web, UX designer, développeur : autant de métiers d’avenir indispensables à la fabrication et à la gestion d’un site Web digne de ce nom. Inutile de dire que ces métiers ont le vent en poupe, le secteur prévoyant de recruter plus de 36 000 personnes dans les années à venir rien qu’en France.

Au niveau européen, on parle de 900 000 postes d’ici 2020, des chiffres qui donneraient le sourire à n’importe quel ministre de l’emploi. L’agence de développement web est l’entité qui regroupe la plupart de ces professions du XXIe siècle : une entreprise qui souhaite lancer son site ou son application est dans l’obligation de bien cibler l’agence qui lui correspond le mieux, et de choisir ce partenaire clé en fonction de ses besoins, mais également de ses envies et de son budget.

Parmi les professions qui font parler d’elles, le métier de développeur revient souvent dans les conversations. Mais en quoi consiste-t-il ? Le développeur est celui qui crée, qui teste, qui documente un site internet, une application ou un logiciel. Le programmeur se sert de langages front-end et back-end en vue d’afficher et de dynamiser le contenu offert aux internautes.

Véritable poste stratégique au sein de l’agence, le développeur travaille en équipe et reste en lien avec les différentes parties prenantes du projet ; client, chef de projet, autres développeurs, etc.

Le développeur est le poste le plus recherché par les recruteurs, véritable Graal dans le domaine des tech : pas étonnant alors que de plus en plus de mordus d’informatique se lancent dans cette formation, avec à l’arrivée un job presque garanti, et des salaires alléchants.

Dans le cas des développeurs comme dans celui des traducteurs, il est important – comme je le dis souvent – de faire appel à des professionnels, afin d’éviter les mésaventures occasionnées par une traduction approximative ou un site à la conception douteuse.

Inutile de demander à tonton Michel qui a vécu 6 mois en Australie de faire la traduction de votre site e-commerce, ou à la voisine qui est mordue d’informatique et saura sûrement « vous monter un site Web pas cher ».

Pour garder votre crédibilité auprès d’un public de plus en plus averti, contactez plutôt une agence de traduction ou une agence Web professionnelle, qui saura répondre à vos attentes, et vous proposer la solution qui vous convient le mieux, dans le respect des délais et du budget.